• Antoine Station

GCDO#05 - Peter Knight - Le Code Adamski - De l’énergie libre à la métahumanité (dernière partie)



Nous concluons dans GCDO#05 la série de 4 articles consacrés au concept de Métahumanité développé par Peter Knight.

Voici un extrait tiré de ce dernier article : "Il y a de nombreuses années, une de mes connaissances a été contactée par des pilotes de disques volants qui lui ont révélé utiliser la puissance des volcans pour se déplacer de planète à planète ; ils lui ont expliqué que ces volcans créent des couloirs d’énergie permettant de se déplacer à travers l’espace d’un volcan à un autre. Cette information m’a fait comprendre que le cosmotellurisme des grands cratères est domestiqué par ces pilotes et ouvre des vortex dimensionnels. Elle avait établi une immense carte où étaient inscrites les positions des volcans les plus importants du système solaire. Les orbites devaient entrer en conjonction pour que l’énergie du déplacement soit optimum. Etant donné que le mont Olympe est le plus grand volcan du système solaire, on peut considérer que Mars est la capitale du centre d’énergie cosmo-tellurique de ce système. L’immense monolithe visible sur la face cachée de la Lune vraisemblablement constitué de magnétite (serait-ce la pierre de Chintamani ?) servirait-il d’antenne aux ovnis pour aller et venir entre les planètes ? Les différents dispositifs dissimulés sur les nombreuses planètes du système solaire sont reliés aux organes de cette race d’êtres humains comme le montre l’épisode de Star Trek “Pauvre Apollon” (“Who mourns for Adonais?” Saison 2, épisode 2, 1967). Le dieu apparaît sous les traits d’un géant qui canalise en lui une super-puissance électromagnétique. Elle lui permet de bloquer le vaisseau spatial Enterprise et son équipage dans l’orbite de sa planète grâce à un champ magnétique en forme de main verte géante. Obligés de se soumettre au dieu, Kirk et ses compagnons sont téléportés sur la planète. Le capitaine leur dit, après le départ du dieu avec la femme de l’équipe : “Apollon n’est pas un dieu, pourtant… Il est fort possible qu’il ait déjà été pris pour un dieu… une fois, il y a 5 000 ans… Disons que des astronautes de l’époque, des étrangers arrivés de l’espace, atterrissent sur la Terre sur les bords de la Méditerranée par exemple… - Eh oui, aux yeux des bergers de Béotie et devant les pauvres pêcheurs de la Grèce antique, ces créatures devaient ressembler à des dieux, répond le docteur Leonard McCoy.  - Et spécialement s’ils pouvaient changer de forme à volonté et s’ils disposaient d’une telle énergie, poursuit Kirk [NDA : la méta science de la forme-pensée]. En fait, nos ancêtres n’ont pu les considérer que comme des dieux. Est-ce que vous croyez réellement qu’Apollon emploie les flots de cette énergie en les canalisant à travers lui ? Mais où est la source de cette puissance ? - Il semble qu’Apollon soit un être humain normal, à quelques variantes près, répond McCoy. Cependant, il y a un nouvel organe à côté du cœur que je n’arrive pas à déterminer… - Si nous considérons l’époque d’il y a 5 000 ans, il est sûr que des êtres comme notre Apollon sont allés visiter la Terre et ont formé les bases de la Grèce et de ses mythes, reprend Kirk. La plupart des mythologies ont leurs bases, en fait. Et si je me rappelle les anciennes légendes, les dieux ayant dépensé leur énergie devaient se reposer, un peu comme les êtres humains […]” 

Le dieu contrôle à travers son corps une arme secrète, comme le savant John Ernst Worrell Keely pouvait le faire dans la réalité. Au cours des années 1860, John Keely, transformé en surhomme en se connectant à un générateur à énergie libre, pouvait soulever d'une seule main des machines pesant plusieurs tonnes (Charroux, Le livre des maîtres du monde, 1967, p.313-317). A l'époque, l'acteur William Shatner (capitaine Kirk) ne savait probablement pas que, dans le cadre de “Paperclip-HollyMindwar”, les scénaristes lui avaient rédigé un script relatant l'entière réalité de l'existence de la méta-humanité Olympienne et sûrement martienne. "


Retrouvez la suite et fin de l'article de Peter Knight dans les pages de Génération Cités d'Or #05.

©2019 by Génération Cités d'Or. Proudly created with Wix.com