• Jean-Pierre Ekma

GCDO#09 - Jean-Pierre Ekma - Chroniques du templier maudit (1er épisode)


Pourquoi, me direz-vous, écrire un énième opus sur les Templiers ? Pourquoi toujours vouloir osciller entre mythe et réalité, ou plutôt entre fantasme et vérité ? Car il est vrai que les mythes sont juste une retranscription de la réalité vécue et transmise oralement de génération en génération et subissant inexorablement le prisme déformant émotionnel des conteurs…


L’histoire de l’ordre est un sujet tellement controversé, trop souvent lié à l'ésotérisme et aux dogmes universitaires des grands historiens idéalistes... En effet, le temps lie les histoires et en fait la grande histoire que tout le monde a apprise à l ‘école où il serait bon de ne plus s'y aventurer. De nombreux chercheurs se sont attaqués aux parties obscures de cette histoire qui n’ont pu se révéler, au fil des siècles, qu’à la lumière des hypothèses les plus folles ou à travers les fantasmes philosophiques inavoués de leurs auteurs. Pourtant, ces chercheurs n’ont jamais vraiment osé entrer dans les ténèbres, là où aucune lumière (de la soi-disant “connaissance historique”) ne peut leur venir en aide.

Si vous voulez affronter les ténèbres, il faut alors jeter vos lanternes, ou plutôt se rendre dans la forêt d’Orient, près de Troyes, en Champagne, puis repérer la croisée des chemins où un immense chêne domine la vallée… Et attendez patiemment l’Ermite… Lui seul pourra vous donner des clés de compréhension…


Moi, en attendant, je vais vous conter une histoire qui vous fera, j’espère, patienter. Cette histoire provient d'un très ancien livre, un codex aux manuscrits jaunis par le temps dont la délicatesse et la symbolique ne laissent aucun doute quant à leur provenance. Mais avant ça, êtes-vous bien calés sous ce chêne ? Et, en confidence, dites-moi : les Templiers, fantasme ou réalité ? Qu’en pensez-vous ? Organisation secrète érudite ou étaient-ils simplement des croisés aux ordres d'une religion en pleine expansion ?


A travers ces chroniques, je vais vous conter cette histoire cachée et nous allons faire un bien curieux voyage au cours duquel de nombreuses questions vont émerger. Vous serez sans doute amenés à réfléchir à ces nouvelles lumières, à réfléchir à travers le miroir de vos âmes, de votre conscience. Vous trouverez des réponses oubliées, voire perdues. OSER révéler le secret enfoui depuis des siècles demande de lever des voiles sur l'occultisme, cette science cachée mystérieuse propice aux fantasmes et aux croyances les plus folles. Ce mot OSER n’est-il pas issu d'une symbolique de la grande Tradition des quatre fondements : savoir, oser, vouloir et se taire ? Ces pouvoirs sont souvent nommés dans les grands livres par leurs noms latins : noscere, audere, velle et tacere.


Ne faut-il pas ici, justement, ne retenir que le dernier ? SE TAIRE ? Cet avertissement prophétique signifiant, sans retour possible, que ce savoir ne doit jamais être dévoilé… Comme semble nous le rappeler, nous, les profanes, cette statue d'Isis voilée par Auguste Puttemans devant la maison natale d'Herbert Hoover. Les mots qu’on doit passer sous silence, scellent-ils le sort du templier qui ne dit mot ? Interdire les mots engendre toujours des maux voilés… Le mensonge paré de la cape de la vérité ne vocifère- t-il pas “Maudit soit-il, celui qui ose révéler les secrets de la vérité nue“ ?


Combien de farfelus, mais aussi d'historiens de personnages publics, se perdent-ils dans ce labyrinthe ésotérique ? Les temps pliés, les temps de l'Apocalypse, les révélations et les prophéties hantent le cerveau et attisent la peur. La révélation signifie sans aucun doute : oser lever le voile, trouver l'essence qui mène à la quintessence, chercher à renaître à travers la reconnaissance d'une nouvelle naissance, mais c'est aussi la chute, le résultat du monde profane à cette nouvelle essence. Ainsi, on peut voir l'érudit rejeté par l'instruit qui, lui, veut échapper à sa condition d'illettré.

Êtes-vous bien maintenant installés, sous ce grand chêne ? Alors… Ne vous endormez pas ! Ne cédez pas à Morpheus, déclinez son invitation à prendre la pilule bleue, ni même la pilule rouge, car le temps n'est plus de suivre la matrice ou de la rejeter, il est temps de la comprendre. Pour cela, je vous demande juste d'accepter de prendre une autre pilule, la pilule verte (c.f. GCDO#02 p100 - “Le choix de la pilule verte”). Comme les trois couleurs fondamentales de la lumière, la verte est celle qui est généralement oubliée. Je vous demande de l'avaler et de faire comme si vous vous rendiez à Saint-Jacques-de-Compostelle, entamez avec moi ce voyage initiatique. Osez venir découvrir, ensemble, les clefs d’un langage secret perdu, devenez ce pèlerin ou cet initié qui pèle à l'intérieur les différentes couches de son être pour aboutir au cœur, à la dimension christique, à la croisée des chemins, à la révélation de son esprit.


Et ce voyage commence par l'anneau oublié des Templiers.


Après avoir avalé cette pilule verte, vous commencez à ressentir un léger étourdissement, votre regard se perd sur la quadrature des murs à l'horizon de vos perceptions. Vous percevez avec difficulté le mouvement cotonneux de vos doigts. Une pensée, soudain, se fracasse sur votre raison et les embruns de vos émotions éclaboussent votre confiance. Pourquoi ai-je pris cette pilule verte ?!

Votre vision fusionne avec la mienne...


Devant moi se tient un homme très âgé d'apparence nomade berbère, il est cependant habillé dans le code vestimentaire contemporain, ses yeux bleus perçants semblent sonder mon âme. Suis-je mort ? Votre raison essaye désespérément de contrôler votre rêve.

- Cette pilule était-elle du cyanure ? Non ! Le cyanure étant à l'origine du bleu de Prusse (d'où son étymologie cyan = bleu), la pilule aurait été, sans aucun doute, bleue.

Ok, ok, reprenons nos esprits, ou, plutôt, laissons cette pilule verte agir.

L'homme me scrute et se met à parler avec un fort accent berbère.

“Que cherchez-vous en ce monde ?

- Des réponses, oserais-je dire ?

- Tes propres réponses se trouvent dans l'anneau des mages. L'anneau des révélations, cet anneau oublié que le templier maudit a caché et qui ouvre les clefs du labyrinthe.

C’est l’anneau des 3-piliers, la quintessence des sept vertus et des vices. Peut-être au bout de ta quête, tu trouveras en toi l'origine des origines, la source de ta naissance, le but de ton existence et l'aboutissement de ta mort.

- Mais qui êtes-vous ?” balbutiais-je.

L'homme se leva, se tourna comme pour traverser le mur, puis il me jeta un dernier regard avant de s’évanouir, ses yeux étant subitement devenus rouges.

“Le Vieux de la Montagne”, me lança-t-il.

Vos pensées émergent doucement, avec une légère sensation de delirium tremens... Alors rêve ou réalité ? La pilule verte transforme votre réalité au fil des découvertes. Se peut-il que je choisisse d’être enfermé pour ne plus accepter une autre réalité ? Et si l'enfer était en moi, enfermé dans un labyrinthe de contraintes ? La pilule verte mène où ? “Vert-où” ? Et moi aussi, je vous demande d’Être ouvert, de vous échapper de notre enfer-me-ment. Quel est ce mensonge qui se travestit d’un “sang blanc” de vérité ?

Entendu, mais vers où ? Où dois-je aller pour avoir des réponses, par où dois-je commencer ? Trouver ce soi-disant anneau ? Le Vieux de la Montagne ? Les trois piliers ? L'origine des mots ? Mon existence ? La vie ? La mort ? Les clés du labyrinthe ? Le Templier maudit ?!


Toutes les quêtes se ressemblent plus ou moins, il faut toujours enquêter, faire des choix, chercher des pistes, faire des hypothèses, élaborer des thèses, argumenter des antithèses et rédiger une synthèse, puis tout recommencer en un cercle infernal. Robotisation de la pensée, je pense donc je suis, je suis alors je me perds. Je me perds donc j'y repense pour ne plus “par-être” idiot et perdre le fil de ma pensée. Parfois cette question récurrente et obsédante martèle mon esprit : qui tire les ficelles ? Qui me ramène quand je me défile ? Dieu ? Moi ? Les extraterrestres ?


Silence… SILENCE murmure le chêne…


Le silence, ce moment suspendu qui contient toutes choses, la quintessence des 5 rythmes : le lent, le rapide, le saccadé ou chaotique, le ludique et enfin le silence profond et révélateur. Comme les temps de silence dans une partition de musique qui révèle la puissance de l'œuvre. Peut-être doit-on enterrer nos croyances et préjugés pour, de nouveau, en silence, croître telle une plante à la lumière de la connaissance ? Ne dit-on pas qu’un initié est celui qui a le savoir et qu’un profane est celui qui l’ignore ? Le profane, étymologiquement : fane qui donne feuille, plante, et pro qui donne avant. Avant quoi ? Avant la plante, avant la feuille ? N'est-ce pas là aussi la définition de l'état de graine ? Ne dit-on pas, quand on découvre une chose pour la première fois, “prends-en de la graine” ? La pilule verte serait-elle la clef pour semer la graine en nous ? Elle nous ouvre à une nouvelle perception de la réalité pour développer la graine chimérique de la vie…

Cette réalité silencieuse, cachée, serait le point de départ. Le point dans le cercle immobile mais attentif à toutes choses.


Le dictionnaire n'a-t-il pas comme devise semer les graines de la connaissance et celle-ci n'évoque-t-elle pas en vous une naissance connue, une renaissance ? La révélation d'un savoir oublié, oublié ou peut-être lié à sa propre identité. Un savoir oublié qui serait caché dans un artefact… Alors l’anneau d’alliance, ne serait-ce pas cet artefact ? Alliance qui caractérise l’identité, la réunion, le pacte vers un but commun. Trouve l'anneau des mages, l'anneau des révélations, avait dit le Vieux de la Montagne. Tout a un sens, le silence permet de se “con-centrer” sur l’identité, sa propre identité.


Le patronyme, le point d’origine, le centre du cercle familial. Mon nom est sans aucun doute la clé pour trouver l'anneau, j'ai maintenant le point de départ : Thibault, mon nom de famille. Et ce n'est qu'après plus de 10 ans de recherches, des centaines de livres, des registres civils et religieux, aux archives généalogiques des Mormons, que la réalité allait rattraper le mythe… J’ai découvert que je suis un descendant de Templiers, Templier certes mais hélas déchu, défroqué, maudit, et ce n’est qu’en voulant restaurer l'honneur de mes ancêtres Thibault, descendants des comtes de Champagne, que la vérité nue est sortie de son puits et a ôté les oripeaux de savoir pour révéler une bien troublante réalité … Mais vouloir trouver l'anneau des Templiers, c’est chercher une goutte d’eau dans l’océan !!!


Un vrai mythe digne des contes d’Arthur et des chevaliers de la Table ronde. Cette enquête me projeta sur une quête du Saint Graal, un Da Vinci Code à la mode champenoise, le “San-G Real”, le sang royal, l'arche Royale, l’Arche d’Alliance. Cette alliance, ce pacte, l’anneau de Dieu, l’anneau que l'ange Gabriel a donné au roi Salomon pour asservir le démon, tout se bouscule dans ma tête….


Ok, ok, on respire… silence, SILENCE, nous avons besoin ensemble de nous concentrer.


L'anneau de Dieu qui commande à tous la parole du seigneur, comment ne pas faire le parallèle avec l'anneau de SAURON dans la trilogie de Tolkien qui commande à tous les autres anneaux. Il est vrai que, depuis la nuit des temps, les textes, surtout ceux du VIIe au Xe siècle, sont assez fournis et assez précis pour attester que, parmi les insignes que recouvre l'évêque lors de la consécration, figure l'anneau accompagné de l'oraire et de la crosse épiscopale, cette dernière décorée de l'Agneau mystique affublé du X et du P signifiant le Christ Rédempteur. Faut-il rappeler que l'oraire est une prière occulte gravée sur l’anneau ??? En même temps, il existait, dans toutes les croyances des peuples anciens, des anneaux aux pouvoirs magiques bien connus par les clergés chrétiens orientaux. Ils s‘en sont emparés et en ont fait des talismans puis des recueils de magie évocatoire…


Bref, nous voilà au début de la quête. Retrouver l'anneau, c’est lier le temps du passé avec celui du futur pour que le présent puisse révéler l'existence d'un secret. Un secret si bien gardé qu'il a été oublié ou discrètement caché aux yeux du profane. Ne serait-ce pas le message du vieux de la montagne ? Et si le vieux de la montagne a donné cet anneau et qu’il a été ramené en Occident ? Cet anneau de pouvoir ne serait-il pas la grâce attestant la fulgurante ascension du christianisme en Occident ???


Trouver l’anneau va nous donner les clefs de notre histoire, de notre origine, et, à partir de ce point, éclaircir ce qui va se projeter dans le futur. L'anneau qui contrôle tout, comme dans le récit de Tolkien mais aussi dans les Marvel à travers les pierres de l’infini (ces artefacts de l’alliance des héros). Six Pierres, mais une est cachée, oubliée. Chacune a une couleur, correspondant sans aucun doute au système des chakras… Comment ne pas remarquer la troublante ressemblance aux systèmes énergétiques de l'Inde antique, probable berceau de l’humanité ? 6 centres situés dans le corps et un au-dessus, en dehors, invisible, caché. Comment ne pas faire la connexion avec les 6 points des coordonnées qui donnent les 6 directions de notre bonne vieille géométrie et un point situé au centre ? Si on projette, cela donne 7 points en deux dimensions. On obtient un cercle avec 6 points équidistants et un centre.

Diable, n'est-ce pas le sceau de Salomon ? Décidément, il n'y a pas que le temps qui est lié, l'espace aussi. L'espace-temps ne serait-il pas un seul et unique concept ? Les Templiers, lors de leurs multiples voyages, n'auraient-ils pas découvert l'artéfact, celui qui donne accès aux différentes dimensions ? Folle hypothèse ?!

Ne serait-il pas un artefact qui permet de parler aux anges, aux démons, ou plutôt aux êtres d'autres dimensions ?

Le Vieux de la Montagne ne serait-il pas un de ces fameux êtres qui appartiennent à une autre dimension, hypothèse si chère aux adeptes de la théorie des anciens astronautes ? Alors, Magie, anneau de pouvoir ?


Mais quand on parle de Magie, l’un des plus grands magiciens de légende qui nous vienne à l’esprit, sorti tout droit de l'imaginaire du Moyen Âge et de la Renaissance, n’est autre que le roi Salomon. Celui qui avait soumis des démons à sa volonté pour les obliger à construire un temple au très haut. Mais avec quoi les avait-il enchaînés ? Avec une baguette magique ? Comme dans notre imaginaire, notre cerveau assimile magie avec la baguette d’Harry Potter…

Evidemment non… Il n’y a pas de baguette mais un célèbre anneau du roi Salomon sur lequel étaient gravés des symboles. Voilà le premier et le plus précieux des outils du magicien…

Mais dans la légende, c'est un ange, pas un vieux de la montagne, qui procure l’anneau à Salomon. Et comment cet anneau a-t-il pu disparaître avec Salomon pour réapparaître plus tard ??


Mais à qui le vieux de la montagne a-t-il donc pu donner l’anneau ? Y a-t-il un lien avec les croisades ? Pourquoi, subitement, les chrétiens ont-ils décidé que leur dieu était l'unique ? Et surtout, pourquoi, en des temps où la religion catholique était minoritaire et percluse de luttes de pouvoir entre les différents clergés et royaumes, est-elle subitement devenue une puissance incontournable ???


Bien des chercheurs ont voulu débusquer ces zones d'ombre de l’histoire avec plus ou moins de bonheur, plus ou moins de folie. Effectivement, leurs hypothèses ne sont pas fiables, mais beaucoup d'entre elles ont apporté une part de lumière dans ces sombres ténèbres. Il faut des Louis charpentier, des Daniel Rejus, des Gérard de Sède, des Gilette Ziegler, des Guinguand, des Weysen, pour défricher les champs de l'histoire secrète.


Alors, toujours confortablement assis au pied de ce grand chêne ? Vous prenez conscience que ce champ, devant vous, est un champ des possibles constitué de blés bordés d’acacias où l’odeur enivrante attire les abeilles et vous donne soudain le tournis.


Selon les dires de Michel Lamy, pour certains historiens patentés, la création de l'Ordre du Temple reste entourée de mystères, la réalité profonde de sa mission également. Nombre de lieux occupés par les Templiers présentent d’étranges particularités. On a prêté aux moines soldats des croyances hérétiques, des cultes curieux. On attribue à leurs constructions des significations, voire des pouvoirs fantastiques. On parle à leur propos de gigantesques trésors cachés, de secrets préservés jalousement et de bien d'autres choses. On oublie souvent qu'en l'an mil, les grandes famines de 990 et 997 laissèrent une Europe écartelée entre les rites païens, les religions de l’Ancien Testament et l'émergence du christianisme, une lutte de pouvoir sanglante et impitoyable. Alors, quand de grandes catastrophes déciment les hommes, que font-ils ? Ils prient, ils font des sacrifices et prennent leur bâton de pèlerin pour demander de l'aide aux dieux. Et quel est le lieu où toutes les religions se réunissent ? Jérusalem…


Et cela n’a pas échappé à Pierre l’ermite, Michel Lamy le décrit ainsi :

“On le vit parcourir des distances considérables sur sa mule dont la foule arrachait des poignées de poils pour en faire des reliques. Lorsque Pierre l'Ermite était passé quelque part, les esprits s’étaient embrasés ; des hommes, des femmes, des enfants étaient impatients de tout quitter pour se diriger vers le seul but – Jérusalem – et, là, on verrait ce qu'on verrait"


Mais qui était ce Pierre ? Un nouveau Jésus, un Don Quichotte avant l’heure qui inspira le romancier Miguel de Cervantes ? Et est-ce un hasard que ce roman traîne avec lui une sombre malédiction ? La saga entourant L’homme qui tua Don Quichotte du Britannique Terry Gilliam, depuis 27 ans, aura constitué à elle seule la plus palpitante des épopées. Suivirent quatre autres tentatives de Gilliam de s’y remettre en selle, jamais abouties, avec valse des acteurs et des producteurs. Après tout, Don Quichotte avait été le film inachevé d’Orson Welles en 1992 (mais on peut en admirer des épreuves de tournage). Le studio Disney aurait abandonné son propre projet en 1942, puis de nouveau en 2002. La version du Russe Grigori Kozintsev, en 1957, ne put jamais sortir aux États-Unis pour cause de guerre froide. L’homme de la Manche d’Arthur Hiller croula sous les dépassements de budget d’une production transformée en comédie musicale en 1972.


Soudain, la pilule verte fait vibrer une corde d’une conscience oubliée. Et si ce Don Quichotte était, en fin de “conte”, Pierre l’Ermite ? Et s’il y avait un pacte, une alliance, que Pierre trouva et scella lors de son pèlerinage ? Une alliance de Dieu si forte qu'à son passage, le monde s’en trouvait changé… Et si cette alliance pouvait être l’anneau de pouvoir, l’anneau oublié que l’on cherche ?


De retour, Pierre rencontra le pape et, plus tard, devant le concile provincial réuni à Clermont, le pape proclama un bien curieux discours : “chacun doit renoncer à soi-même et se charger de la croix”. Par milliers, les pèlerins avaient cousu sur leurs vêtements des croix d'étoffe rouge, étoffes qui vont leur valoir le nom de croisés…


Ainsi naquit la première croisade, mais elle n’est pas vraiment comme on la décrit dans les livres d'histoire où des chevaliers, de puissants guerriers aguerris, allaient défendre l'honneur du Pape. Non, ce sont d'abord les pauvres, les gueux, les affamés qui allaient arpenter les chemins jusqu’à Jérusalem, se jetant sur les routes en hordes fanatiques, en criant “par la croix, Dieu le veut !”


Comment expliquez-vous que Pierre l‘ermite et son lieutenant, Gauthier-sans-avoir, traînaient une foule hétéroclite qui commença sa croisade par tuer et piller les biens des paysans qui ne s'agenouillaient pas devant la croix ??? Comment ont-ils pu fanatiser et enrôler, voire forcer, des hommes qui n'étaient pas des guerriers ??? Pierre l’Ermite aurait-il détenu un pouvoir qui, à sa seule vue, aurait décidé le pape à convertir le monde à la croix ??? Et s’il avait ramené l’anneau de Dieu, qui en langue d’oiseau fut déformé en l’agneau de Dieu ???


Un anneau avec une croix et des inscriptions en araméen, une prière au père des dieux qui finira par agenouiller les hommes devant son pouvoir.


Mais chuuttt ! l’effet de la pilule verte s’estompe...

Vous vous réveillez à contre gré de ce sombre rêve…


Et vous n’avez qu’une envie, c‘est d’y replonger, vous voulez des réponses…

Mais vous devrez attendre la prochaine pilule verte… Car il faut malheureusement de la patience pour apprendre la véritable histoire des temps liés, ces espaces-temps où des forces obscures sont en action… Ces secrets seront, au fur et à mesure de vos prises de conscience, révélés dans les chroniques du templier maudit.


Vous pouvez retrouver l'intégralité de la nouvelle de Jean-Pierre Ekma dans les pages de Génération Cités d'Or #09 :




25 vues0 commentaire