• Antoine Station

GCDO#07 - Jérôme Maury - Jésus ou le Fils du Soleil


De tous les personnages religieux à travers le monde, Jésus est très certainement le plus “célèbre”. A l’origine du christianisme, dénombrant de nos jours près de 2,5 milliards d’adeptes, le Christ a laissé une trace indélébile, de son passage sur Terre, depuis 2.000 ans. Nous utilisons même sa date de naissance comme repère temporel dans notre calendrier actuel. Pour les chrétiens, il est inconcevable de remettre en doute sa bonne parole, ses exploits et autres miracles, et encore moins la véracité de son existence ! Et pourtant …


De nombreux éléments exposés dans cet article vont mettre à mal l’histoire officielle de ce “héros” biblique, des faits qui tendent à nous laisser penser, une fois de plus, que l’histoire, telle qu’elle nous est enseignée, n’est pas forcément une vérité !


C’est en écoutant une ancienne émission de notre regretté Jean-Claude Carton sur RIM (Radio Ici et Maintenant) que le doute s’installa dans mon esprit. Son invité (également regretté) Richard Khaitzine présentait son livre “Marie-Madeleine et Jésus : ce que le code Da Vinci ne vous a pas dit”. Lors de cette interview, une relation tout à fait surprenante était établie entre la Bible et l’Alchimie. Richard Khaitzine expliquait dans un premier temps que l’historicité du Christ était bien difficile à admettre, compte tenu des biens maigres éléments factuels dont nous disposons. En effet, à ce jour, aucune preuve archéologique ne nous permet d’affirmer avec certitude que Jésus a réellement existé. Mis à part quelques textes tardifs, et tout à fait contestables, ou encore quelques artéfacts polémiques, comme le suaire de Turin, pas un historien n’est en mesure de certifier la véracité de son existence ! Richard Khaitzine développait ensuite magistralement la symbolique alchimique codée dans la Bible. L’analyse très détaillée qu’il proposait me convainquit qu’il y avait effectivement un réel problème dans la rédaction de ce “livre sacré”. Et une explication faisait “mouche” lorsqu’il évoqua un texte du Pape Paul III (pontificat du 13 octobre 1534 au 10 novembre 1549) : “Compte tenu du peu d’éléments historiques que nous détenons concernant le personnage nommé Jésus, force nous est de conclure que nous sommes en présence d’un mythe solaire de plus !” Si un Pape, le plus haut représentant de la Chrétienté, qui plus est au XVIème siècle, nous dévoile sa réflexion sur cette relation Jésus = mythe solaire, il est bien évident qu’il y a anguille sous roche !


Il est temps, dès à présent, de décrypter la vie de Jésus afin de trouver ce lien avec le soleil, et, vous allez pouvoir le constater, cette superposition solaire est pour le coup troublante !


La suite dans les pages de

Génération Cités d'Or #07 :


77 vues0 commentaire