• Antoine Station

GCDO#07 - Franck Ferrandis - Sur la piste de la 8ème Cités d'Or


Sortir des lieux communs est une faute d’orthographe dans l’écriture d’une vie matérialiste. Face à des chapitres étroits imposés, lus, relus et qui ne tendent plus à représenter sa réalité, bientôt pour le “Saventurier” en nous il devient très naturellement lourd et pénible de n’avoir plus rien à révéler ou délivrer de cet Univers. Ces conformations n’offrent pas de “Zones de découvertes” où s’enfoncer de tout son être, permettant pour ainsi dire de s’extirper vers quelque chose de plus vaste que nous et qui y serait latent. En fait, elles nous mettent au monde en quelque sorte en fécondant notre espace, car en réenchantant notre quotidien elles nous absolvent de la soumission et de la stérilisation du nouvel ordre moral médiatique trivial chronophage et de sa bien-pensance abrutissante.


Voici une fiction tirée de mes carnets de voyages. Ancrées sur les mouvants méridiens d’un savoir qui petit à petit se retrouvent à notre portée, les découvertes archéologiques sont autant d’énigmes poétiques. Proposant des perspectives en deçà des temps, des artéfacts étranges, légendes & monuments étonnants nous invitent à recomposer une histoire perdue de mondes oubliés. Les roadmovies d’Esteban, Tao est Zia sont en ceci exemplaire. Leurs aventures sont le rétablissement d’un centre de gravité tirant du sommeil routinier matérialiste, affûtant les sens et en en renouvelant tous les champs et les horizons de curiosités. Voici pourquoi je tenais à transposer pour GCDO quelques étincelles de la riche matière collectée au fil de ces années. Ainsi furent créés les “Carnets de Tao”. Le merveilleux est accessible, et au-delà des présentes images il ne tient qu’à nous tous maintenant d’y participer.


Découvrez les croquis du carnet de Tao dans les pages de

Génération Cités d'Or #07 :


92 vues0 commentaire