• Antoine Station

GCDO#03 - Lili Oz - Yule, fêter la résurrection du soleil


Les anciens peuples celtes , organisaient leur calendrier autour des grands cycles astronomiques que constituent les solstices et les équinoxes. Selon le calendrier de Coligny, deux grandes périodes divisaient ainsi l’année : gam, l’hiver, la période sombre et sam, l’été, la période claire. Ces deux périodes étaient elles-mêmes marquées par des fêtes intermédiaires. Ainsi, un découpage quaternaire ponctuait la roue celtique de l’année et organisait les activités des peuples au rythme des saisons et de la nature. On ne sait pas si les Celtes célébraient véritablement les équinoxes, mais on a la certitude que leurs fêtes marquaient les grands tournants de l’année solaire - les seuils “liminaux” , comme en attestent les temples mégalithiques de Stonehenge et New Grange. Pour la plupart des Celtes, le nouvel an avait lieu le 1er novembre, et ouvrait l’année sur le début de la période sombre, avec les fêtes de Samhain. Cette date marquait la fin des moissons et la mise à l’abri du bétail. La période sombre durait jusqu’à Beltaine (le retour de la saison claire et du bétail sur les pâturages), le 1er mai, et était marquée en son milieu par Imbolc (la reprise des semailles et la naissance des agneaux). La période claire occupait le reste de l’année et était ponctuée par les fêtes de Lughnasadh, le 1er août, qui célébraient la venue à maturité des fruits. Selon la loi du Trois, les fêtes duraient habituellement trois jours avant et trois jours après les dates de référence, mais dans certaines traditions les célébrations pouvaient durer plusieurs semaines. Cela est d’autant plus vrai que les réappropriations successives de ces traditions, par les romains, puis par les chrétiens, ont étendu leur portée et significations. Cela est particulièrement évident avec les fêtes de l’hiver celtique, perpétrées aujourd’hui à travers les traditions de Noël, du Jour de l’An et de l’Épiphanie. 

©2019 by Génération Cités d'Or. Proudly created with Wix.com